mardi 30 janvier 2007

Amours...serait-ce un jeu d'enfants...?

J’en rirais bien ce matin, j’en rirais bien, si ce n’avait été qu’un rêve et puis de nouveau un peu comme un cauchemar…

J’ai ris ces derniers jours. J’ai été heureux. Je n’avais plus envie de raconter de quotidien angoissant. De ces moments où l’on croit que l’on ne reverra pas la lumière du jour. Je me sentais bien. Je n’ai pas peur de le dire. Surtout qu’ « on reconnaît le bonheur, paraît-il, au bruit qu’il fait quand il s’en va ». Et voilà, ça fait plusieurs mois que je vis en alternance de bonheur.  Quelques jours de passion, de rire, d’émotions, de joies. Vous savez le bonheur, je le vivais comme ça…Assis sur l’herbe, une herbe entre les lèvres à écouter ce bon vieux Georges nous raconté que c’était pas des amis de luxe que j’avais autour de moi. Mais quel luxe d’avoir ces amis là !!!

Avec ma petite femme, on a partagé ce même bonheur pendant plusieurs mois, pendant plus d’un an. Et depuis, le bonheur prend quelques jours de congés de temps en temps….Trop souvent.

Hier, il s’est absenté quelques heures…De 22h à 02h00 du matin. Presque rien… Vous vous dormiez peut-être. Et bien pas moi. Moi je souffrais de me sentir malheureux. De nous sentir mal, de ne pouvoir s’entendre sur des choses aussi simple. J’ai retrouvé cette sensation d’enfermement, de « contrôle ». Ma petite femme, elle est comme ça maintenant. Elle donne l’impression de vivre dans un couple marié depuis 20 ans, qui se chamaille pour savoir les dépenses du jour, le programme du Week-end.

« Eteins la télé, N’allume pas l’ordinateur, Ne mets pas de musique,… » Des petites phases de crise qu’elle traverse, et j’ai de plus en plus de mal à les accepter. Le pire arrive quand j’ai le droit à « lâche ta guitare, ne fais pas de piano »Non Mathieu arrête ! NON !!!!!!!!!!!!!!Cette rage qui s'empare de moi, qui me fait me fermer à toute discussion...

Comment faire pour en pas lui en vouloir ? Comment ne pas s’impatienter quand après 3h de conversation veine où seul son avis compte, j’ai le droit de réentendre toute l’histoire si j’ai le malheur de lui dire le contraire, de remettre en question son raisonnement ?Comment aimer ?

Et puis voilà, quand elle s’est vidé de cette angoisse extrême, de ce feu dans les veines qui la poussent à bout, elle me regarde, elle pleurt, elle me dit « pardonne moi…mais je t’aime et j’ai peur », alors seulement là, le bonheur revient de vacances, doucement, sans faire de bruit, pour ne pas déranger ce calme qui s'installe. Tout s'apaise.

Je l’aime, je crois et je lui pardonne tout. Mais force est de constater que plus le temps passe, plus j’ai du mal à lui pardonner. Moi aussi, je fatigue de journées harassantes, moi aussi, je suis pas tous les jours heureux dans ma vie, moi non plus j’ai envie de tout balancer, de crier, …

Allez, reprends toi ! Je vais retourner rêver. Un peu, juste le temps qu’il faudra pour que la vie reprenne le cour des choses. Le temps de rêver à plus grand, à plus beau, pour que le sourire réapparaisse dans ses yeux, que son cœur n’ai plus peur et que nos mains restent fermés…J’ai envie d’y croire, envie de croire à mon rêve.

Et puis un jour on partira, on ira au Mexique, on ira partout où on a envie d’aller. On ira au Brésil. La forêt amazonienne la nuit ça doit être magique…

Allez, laisse moi rêver un peu, laisse moi encore un peu.

Et comme dirait le Grand Jacques «  Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns. »

Posté par lejour2francis à 11:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Amours...serait-ce un jeu d'enfants...?

Nouveau commentaire