mercredi 21 février 2007

Un nouveau jour se lève

Je me suis retourné dans mon grand lit ce matin, il était vide. J'ai allumé mon portable, il n'avait rien reçu. Je me suis habillé, mes habits étaient bien seuls dans l'armoire. J'ai voulu jouer du piano, personne ne m'a dit d'arrêter, mais j'ai arrêté quand même. Je me suis assis. J'ai écrit quelques mots mais à quoi bon? Je suis seul désormais et je ne sais pas quoi en penser. Elle m'a écrit ce matin: "Dis si tu revenais peut-être dans une semaine, un mois, un an..." Je m'en veux de lui avoir fait si mal. Je me suis détesté quelques instants. Je n'aurai sans doute pas dû dire tout ce que j'ai dit. "Je ne t'aime plus". Horrible. Sensation d'abandon de soi-même. Et pourtant il le fallait, je le sais. C'était écrit...

Le soleil ne brillait plus depuis longtemps, la porte de la voiture s'est ouverte. Elle avait envie de vomir. Envie de vomir ce coeur qui lui faisait si mal. Je l'ai regardé une fois encore. Je le sais bien c'est la dernière fois que je l'ai regardé vraiment. J'ai pris mon temps. Je lui ai dit que notre route s'arrêtait là. Désormais, il faudrait la vivre chacun de son côté.Ces phrases qu'on entend toujours en se disant que ce ne sont que des mots quand on ne les entend pas pour soi. J'ai eu mal de les dire. Elle est partie, elle a couru loin loin et il a fallu du temps pour que je la ratrappe. Peur qu'elle commette l'irréparable. Je ne voulais pas que son souvenir se gâche d'une telle soufrance. Mais je n'ai pas su trouver les mots pour lui dire aurevoir. Elle ne me regardait plus quand je l'ai retrouvé. Elle pleurait alongé sous un arbre, le manteau sur la tête. Elle ne pleurait pas vraiment, elle n'hurlait pas non plus. C'était un peu des deux, ça vous glace.

Des amis sont venus. De ceux qui sont là même quand on pleure à 1h00 du matin. Ils sont allés la chercher. Moi je n'avais plus la force. Je me sentais épuisé, nerveux. Mes yeux brûlaient sous l'effet de ces fichus larmes qui ne venaient pas. Je n'entendais plus rien autour. Les cris semblaient avoir cesser. Au loin, j'entendais des voix inaudibles. Je n'écoutais plus. 

J'ai revu tous nos souvenirs, tous nos sourires. Les voyages, le ski, la plage, la vendée, Brighton, le mont saint michel et Venise...ah! Venise! J'ai repensé à tous ces moments inoubliables, le bras cassé en luge, les coups de soleil à Deauville, les fourires...J'ai souri

Soudain j'ai entendu ses larmes qui s'approchaient. Ils la ramenaient. La trainant par le bras pour la soutenir, de peur qu'elle tombe. Elle est passée à côté de moi. Je ne l'ai pas regardé. Elle est sortie des griffes de ses geoliers-soutiens qui l'accompagnaient. Je ne l'ai pas vu venir. Elle m'a pris dans ses bras. Ele m'a serré fort...

Et puis l'étreinte s'est relachée. Elle avait beau m'aggriper, ses mains s'éloignaient de moi et moi je les repoussaient un peu plus, "aidé" par ses bourreaux. Elle s'est éloignée un peu... je me suis retourné et j'ai pleuré... C'était des larmes qui attendaient depuis si longtemps. Depuis cet accident qui nous avait fait plus de peur que de mal en mars dernier. J'ai pleuré pendant une éternité...

C'est fini

Posté par lejour2francis à 14:33 - - Commentaires [16] - Permalien [#]


Commentaires sur Un nouveau jour se lève

    Je ne sais pas vraiment quoi dire.

    Je pense - j'en suis presque sûre - qu'il faut du courage, beaucoup de courage pour faire ce que tu as fait.
    Je pense aussi - cette fois je n'en suis pas sûre, c'est une chose que je n'ai pas les moyens de savoir absolument - que tu as fait ce qu'il fallait. Jusqu'au "je ne t'aime plus."

    Je crois qu'il fut un temps j'aurais aimé que quelqu'un sache avoir le même courage que toi, même si c'est un courage qui fait mal.
    J'aurais aimé, simplement, qu'Il assume le mal qu'Il avait à me faire - puisqu'il fallait toute façon qu'Il le fasse.
    Qu'il ne me laisse pas crever dans l'incertitude...

    Alors je crois - je crois... - que tu as fait ce qu'il fallait.

    De vous deux, c'est sans doute - sans doute... -elle qui souffre le plus - et je ne crois pas que quiconque ait le droit de remettre en cause cette souffrance -, mais je crois pourtant que la culpabilité de celui qui fait mal est une souffrance - peut-être moindre, mais réelle - qu'on ne peut pas nier non plus - sans compter la solitude toute nouvelle qui vous affecte toujours un peu...

    Enfin. Après ces beaux discours - sans intérêt sans doute -, je vous souhaite à tous les deux tout le courage qu'il vous faut...

    A bientôt

    Posté par altawabi, mercredi 21 février 2007 à 18:53 | | Répondre
  • Est-ce que tu serais surpris si je te disais que tes quelques mots n'ont pas servis à rien.
    J'ai envie de te remercier sincérement et mon coeur aussi par la même occasion pour cet apaisement que tu as aidé à créer.
    Biensûr que ce n'est pas facile, mais c'est quand même le soulagement qui l'emporte. Forcément ça risque de ne pas durer, le doute, l'inquiétude, la peur, le manque ne vont pas tarder. Mais merci en tout cas pour ce commentaire-si si promis- qui m'a redonné le souire.
    à bientôt alors

    Posté par lejour2francis, mercredi 21 février 2007 à 20:44 | | Répondre
  • Pas facile ce que tu écris là!
    Dur pour toi, dur pour elle.
    Tu as eu du courage de faire cela si cela n'allait plus.

    Je voulais te dire j'ai l'impression que tu souffres toi aussi de cette rupture.
    Je n'ai pas à te donner de conseils mais je vais te parler de mon expérience personnelle.

    J'ai été pratiquement 3 ans avec ma copine, plein d'amour et de projets, et puis quelques semaines, voir mois, avec des mauvais moments, des doutes et j'ai sonné la fin de notre amour.

    Elle a eu très mal aussi, a espéré pouvoir reconstruire.
    J'avais mal aussi, de l'échec de notre amour, du manque d'elle.
    J'avais vécu tellement de choses.
    Je n'ai pas voulu me poser les bonnes questions, je me persuadais moi - même que c'était la bonne solution, tout en souffrant horriblement.
    A la fois un espèce de soulagement, de liberté retrouvée, qui en fait ne m'a pas ravi car sans elle cela ne valait pas le coup.

    J'ai mis très longtemps à revenir, trop longtemps.
    Plus d'un an. C'était trop tard, son coeur s'était refermée.
    Maintenant j'ai très mal mais je ne peux rien y faire alors qu'avant j'avais mal et j'aurais pu arrêter notre souffrance.

    Maintenant je croise d'autres filles mais je ne peux m'empêcher de me dire qu'elles ne la valent pas.

    Un jour je retrouverais surement quelqu'un mais ce n'est pas sur,je regrette ma décision tous les jours.

    Ca m'a fait du bien à moi aussi de raconter ça.
    Je ne sais pas si ton histoire ressemble à la mienne, je me suis permis de te dire ça car j'ai survolé tes post et je vois que toi aussi ces derniers temps tu as été plein de doutes, comme moi à cette époque, mais tu l'aimais passionément, cela transparait dans tes textes.

    Fais bien le point, c'est en gros ce que je voulais dire et si tu t'apperçois que tu as fait une erreur et qu'elle te manque, ne perds pas de temps!

    Bon courage!A vous deux!

    Posté par pour1petittour, vendredi 23 février 2007 à 02:03 | | Répondre
  • Vraiment très, très heureuse si mes mots ont pu t'aider à retrouver le sourire
    J'espère sincèrement que ça va durer

    Pour1petittour > Ton histoire m'en rappelle un peu une des miennes (c'est drôle ce que toutes les histoires se ressemblent...), à une échelle moindre (j'étais très jeune... et je le suis toujours un peu (beaucoup), d'ailleurs ^^), mais je ne regrette plus tant mon "erreur". J'ai perdu quelqu'un à qui je tenais énormément (c'était trop tard quand j'ai voulu revenir, comme toi) et j'en ai souffert - comme toi... - pendant un ceraint temps. Mais je sais maintenant que si je ne l'avais pas quitté, je n'aurais jamais su ce qu'était "la vie" sans lui ; et alors, je n'aurais peut-être pas réalisé que je tenais à lui - je n'aurais jamais recommencé à l'aimer. Au lieu de ça, je me serais embourbée dans mon doute - ça n'aurait pas été drôle...
    Alors, je regrette toujours un peu - mais pas complètement. Il y a d'autres hommes sur terre... tous différents, chacun aimable à sa manière... et j'ai la vie devant moi - voilà ce que je me dis.
    Ceci dit, je veux bien comprendre que nos histoires sont sûrement différentes malgré leurs similitudes, et que tu vives les choses différemment.

    Par contre, je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée de semer le doute là où il y en a déjà suffisamment - même si je me trompe peut-être...

    Bonne journée à tout le monde

    Posté par altawabi, vendredi 23 février 2007 à 16:43 | | Répondre
  • Juste une correction : il n'y a pas de "je regrette toujours un peu." Je ne regrette absolument plus rien.

    Ce qui est fait est fait, je crois qu'on ne peut pas vivre éternellement dans le regret - même si on passe par là.

    Posté par altawabi, vendredi 23 février 2007 à 16:52 | | Répondre
  • En effet, toutes les histoires sont différentes, c'est pour ça que je me permets aussi d'exprimer la mienne.
    Car les gens qui nous aiment nous disent dans ces moments là que l'on a bien fait, que l'on n'était pas heureux, qu'il y en a plein d'autres, etc...
    C'est gentil de leur part, c'est pour nous aider à tenir.

    Moi je me permets de dire ici juste un "fais bien attention" car peut être, je ne sais pas, que personne autour de lui ne lui a dit cela, pour ne pas renforcer le doute.

    J'aurais aimé moi que quelqu'un me dise cela au lieu de me rassurer à leur façon car peut être qu'alors j'aurais réagi plus tôt.
    Enfin, avec des "si" nous referions le monde...

    Bon courage!

    ps :si il y a déjà suffisamment de doutes comme tu dis, c'est que la personne sait elle même qu'elle a surement fait une erreur, non?

    Posté par pou1petittour, dimanche 25 février 2007 à 15:21 | | Répondre
  • Pour1petittour, je crois (sincèrement) que j'aurais mieux fait de me taire l'autre fois... T_T
    Non pas (ou pas seulement) au sens où j'aurais mieux fait de garder pour moi ce que je pensais - même si je réalise aussi, un peu tard, que ce blog n'est absolument pas le lieu pour ce genre de débat, je te demande pardon Lejour2francis T_T - ; mais (aussi) parce que je pense, après un peu plus de recul - jamais simple, ce genre de sujets qui touchent à l'affectif... -, que ton conseil peut tout à fait avoir de la valeur (je le pense sincèrement, et je suis désolée pour mon précédent commentaire.)

    Tu aurais aimé qu'on te dise ça ; j'ai parfois détesté qu'on me le dise - d'où mon commentaire, déplacé.
    Mais si, toi, tu aurais aimé l'entendre, c'est que d'autres l'aimeraient certainement aussi - c'est indéniable.

    Je ne pense pas pour autant que le doute signifie forcément qu'on ait fait une erreur, mais si ça ne l'exclut pas non plus - mais c'est une autre histoire.

    Je vous demande pardon à tous les deux.
    J'ai dit des choses que je n'avais pas à dire, et on va tâcher d'en tirer des leçons - de ne pas recommencer.

    Posté par altawabi, dimanche 25 février 2007 à 19:00 | | Répondre
  • Heu, quand même, je vous souhaite aussi une bonne continuation

    Posté par altawabi, dimanche 25 février 2007 à 19:04 | | Répondre
  • Laissez moi tout de même vous remercier. Car quoi qu'on en dise ce "débat" ouvert ici m'a permis aussi de réfléchir, de pouvoir avoir différent point de vue, en dehors des points de vue de mes amis proches, qui bien entendu me disent ce que j'ai envie d'entendre avant tout.
    Je pense que ce blog est fait pour ça aussi pour entendre des gens qui sans vous juger, racontent leurs expériences, pour m'aider à y voir plus claire. C'est ce que vous avez fait ici.
    Enfin je ne pense pas vraiment avoir douter de mon choix, je pense simplement en avoir souffert et ça me parait légitime. Souffrir de l'habitude, du manque d'elle.
    Il est trop tôt pour savoir si je ne le regretterai pas un jour. Je le saurai bien assez tôt, je vous le dirai aussi biensûr.
    bonne continuation à vous encore merci d'être là!

    Posté par le jour2francis, dimanche 25 février 2007 à 20:13 | | Répondre
  • Je te trouve assez incroyable...
    J'aimerais bien tout prendre aussi positivement

    Posté par altawabi, dimanche 25 février 2007 à 20:23 | | Répondre
  • Je ne suis pas sûr que tout soit si positif que ça!
    C'est simplemet que je ne regrettes rien et que ces conversations que l'on dit 'inutiles" habituelelment,ont été ici la preuve qu'elles ne le sont pas...
    ^^

    Posté par lejour2francis, dimanche 25 février 2007 à 20:27 | | Répondre
  • pas de probleme Altawabi.
    Si nos expériences ont pu t'aidé, c'est tant mieu et j'en suis très heureux.

    Je te conseillerais enfin, de peut-être retenter votre chance. Si elle a compris ses erreurs, que vous en avez parler, alors peut-être tout s'arrangera.Je suppose qu'elle a fait des erreurs pour que tu aies tant souffet de votre amour.

    A toi de voir si ça vaut le coup de repartir et de voir si votre couple va remarcher. Apres tout, si tu ne l'aimes plus, tu t'en appercevras mieu en étant auprès d'elle. Laissez vous une ultime chance et voyez si après cette crise vous pouvez vous aimer. Si c'est le cas, alors honnêtement, rien ne pourra plus vous arrêtez. Sinon, et bien vous vous direz aurevoir et tu n'auras rien a regretter car tu auras tout essayer.

    bon courage a vous deux.

    Posté par pou1petittour, mercredi 28 février 2007 à 00:23 | | Répondre
  • Je me rends compte que j'ai été un peu plus vite que ce que je voulais.
    Cela n'était que des suppositions , des tatonnements.

    Mais, si je peux me le permettre, nous n'avons plus trop le suivi et nous ne savons pas comment tu te sens, ce qui se passe dans ta tête, si elle te manque ou non, si vous vous êtes revus ou non...

    Tu n'es pas obligé de nous le dire bien sur, c'est juste si tu as envie que l'on continue cette discussion, si tu as envie d'avoir encore nos avis, et bien sur de t'exprimer.

    Dans ces moments, l'entourage est très important car il veut nous faire penser à autre chose, nous occuper, etc mais , de mon expérience, je pense qu'à un moment il faut se poser, réfléchir à nos actes, à leurs conséquences, à nos sentiments... car cet entourage, avec tout le bien qu'il veut nous faire et nous fait, ne peut pas ressentir à notre place et nous emmène plus à fuir, à ne pas nous poser les bonnes questions..

    Si tu veux parler, si tu te poses des questions ou si tu veux exprimer tout ce que tu ressens sans aucun tabou, comme d'habitude, nous sommes là.

    Posté par pour1petittour, samedi 3 mars 2007 à 21:59 | | Répondre
  • C'est prévu! J'attendais juste de pouvoir me poser vraiment. De pouvoir comprendre ce qui se passait. Il s'en est passé des choses et plus encore que les précédents je tiens à vous les faire partager. Je le ferai dans les jours qui suivent. Quand je serai prêt. Et je souhaite de tout coeur que vous partagiez votre avis.
    J'en aurai besoin sans doute.

    Posté par lejour2francis, samedi 3 mars 2007 à 22:40 | | Répondre
  • D'accord.
    Nous le ferons comme nous le ressentons à travers tes mots car nous ne vous connaissons personnellemnt ni l'un ni l'autre.
    Si tu peux nous raconter ainsi que nous dire tous tes sentiments, le plus honnêtement possible, comme d'habitude nous n'en doutons pas..

    Peut être devrais tu nous en dire un peu plus quant à votre relation et sentiments antérieurs, et quant à vos personnalités respectives.

    Cela nous aiderait peut être à avoir un regard global.

    En espérant que tu vas bien.

    Si j'ai un conseil à te donner, c'est de bien te poser et réfléchir à tout ce que tu perds, tout ce que tu risques, et tout ce que tu gagnes, bien écouter ton coeur.

    En espérant de tes nouvelles

    Posté par pour1petittour, dimanche 4 mars 2007 à 19:30 | | Répondre
  • Nouvelles?

    Tu ne nous donnes plus de nouvelles, pas de commentaires, pas de posts?!
    J'espère que cela va pour toi?
    Peut être attends tu de savoir toi même encore où tu en es?..

    En espérant te lire

    Posté par pour1petittour, lundi 2 avril 2007 à 15:52 | | Répondre
Nouveau commentaire